En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

La programmation du théâtre Sorano

La programmation du théâtre Sorano (saison 2018-2019)

Par EMMANUELLE MARIAUD, publié le dimanche 24 septembre 2017 21:31 - Mis à jour le jeudi 6 décembre 2018 12:26

Une programmation composée de 9 spectacles est proposée cette année aux élèves par le théâtre Sorano:

  • Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut-être pas vu: Pas facile de proposer un spectacle sur la question migratoire… Le collectif belge NIMIS Groupe a mené sur le terrain un travail d’enquête et de documentation pendant trois ans à Bruxelles, mais aussi à Lampedusa, dans les centres de migrants… La rencontre avec des demandeurs d’asile, leur nécessité de dire en public ce qu’ils vivent, la joie partagée ensemble ont scellé leur détermination à écrire un spectacle avec eux.

  • Midnight Sun: Une maison des merveilles, une maison des horreurs. Le paraître est élégant, nous sommes indéniablement en demeure bourgeoise, plus précisément dans un salon. À nouveau, avec sarcasme et humour, Oktobre nous plonge dans cette comédie humaine stupide, profonde, outrancière et séduisante.

  • L’Éveil du printemps: 1891. Wedekind a 26 ans quand il écrit cette pièce chorale où s’entrecroisent et s’écrivent les trajectoires d’un groupe d’adolescents. Ils s’appellent Wendla, Ilse, Melchior, Moritz, Ernst… On les découvre à ce moment décisif de la vie où les corps sensibles, les désirs, les énergies viennent buter contre la brutalité du monde des adultes, contre un carcan social, éducatif et politique trop répressif. Dès lors, dans cet âge des possibles, à chacun d’inventer sa réponse personnelle, intime, face à toutes les questions qui les traversent et les agitent. Cela fit scandale à l’époque. Et aujourd’hui ?

  • Cent Mètres papillon: Cent Mètres Papillon raconte l’histoire de Larie, un adolescent épris de natation. Il nage et questionne « la glisse ». Il suit le courant en quête de sensations, d’intensité et de vertiges. Au rythme de rudes entraînements, et de compétitions éprouvantes, il rêve d’être un grand champion.

  • Franito: Une création qui bouscule les genres en mêlant la musique, un style de flamenco traditionnel et la puissance comique du burlesque. C’est l’histoire de Franito, un homme-enfant, jeune prodige du flamenco, incarné par l’époustouflant danseur Fran Espinosa, qui tente d’échapper à sa mama, à l’amour aussi autoritaire qu’étouffant, interprétée par… Patrice Thibaud.
  • 2 ou 3 choses que je sais de vous: Une étrangère déboule dans le Web 2.0 et, dans l’espoir de se faire des amis, explore les réseaux sociaux. Elle décrit, observe et analyse ce qu’elle trouve sur Facebook, traque des récits et invente des suites possibles.

  • A vif: Dans À Vif, deux avocats s’affrontent, les voix de « deux France » opposées. Pour le premier, l’État est coupable de la situation des banlieues. Mais le second atteste que les citoyens sont responsables de leur condition. Et ça fuse, ça crie. Ça rit, aussi, car il s’agit d’un concours organisé en fin du cursus de l’École de formation du barreau. L’exercice consiste en un affrontement verbal, ludique, éclatant.
  •  
  • Le signal du promeneur: Cinq porteurs de lanternes et de questions se sont rassemblés dans une clairière pour agir ensemble. À la recherche de clarté sur des problématiques de notre société néolibérale, les Belges du Raoul se promènent au rythme d’une libre pensée.
  •  
  • Réparer les vivants: Réparer les vivants est l’histoire d’une transplantation cardiaque. Comment le cœur de Simon Limbres, jeune homme de dixneuf ans, va rejoindre le corps d’une femme de cinquante ans en l’espace de vingt-quatre heures. Le don d’organe, geste de générosité totale qui engendre la vie, demeure pourtant un choix si difficile pour les proches des victimes, alors au sommet de leur douleur.